top of page
  • Photo du rédacteurOphélie D.H. Bouron

Justesse & précision de nos mots


Les mots qu'ils soient : dit, parlé, soufflé, écrit, pensé ont tous un point commun.

Ils diffusent une fréquence, une énergie en soi et autour de soi.


Quelle facette de mon être s'exprime à travers ma parole ?

La personnalité ? l'égo ? le cœur ? le corps ? l'émotion ? l'âme ? l'être ? . . .

Préciosité de connaître chaque espace en soi, permet en effet clarté et compréhension de notre expression et communication.

Chaque mot peut être interprété, visualisé, approprié, détourné, . . . bref bien souvent notre communication peut vivre des chaos, des conflits car nous exprimons chacun nos vérités, nos filtres, nos croyances, nos compréhensions.


Ces parasites peuvent aussi provenir d'une absence d'écoute et d'entente de chacun - déséquilibre de la reliance à nos 5 sens dont celui de l'ouïe. Ouvrir sa conscience humaine à cela permet d'adapter et ajuster la précision de nos mots.


Se connaître soi, reconnaître l'expression de chaque part qui nous compose, ouvre à identifier également qui parle à travers l'autre et ainsi détourner un possible conflit de non compréhension, non accord, non écoute.

Ne pas offrir de "nourriture énergétique" à l'égo qui s'exprime face à nous, à une personnalité qui peut se montrer agressive envers nous etc . . .

Adapter ses mots, entrer du mieux que nous pouvons chaque jour à sa justesse et précision.


Il ne s'agit point de juger l'autre ni même soi !

Nous sommes toutes et tous composés d'une personnalité, d'un égo, d'une palette émotionnelle etc et chacune d'elle va dans notre quotidien s'exprimer selon les situations, les expériences, les rencontres.

Notre histoire porte ses maux - mots, notre être traverse des ponts délicats, des traumatismes et blessures qui s'expriment à l'extérieur de manière générale : inconsciente.



Les mots sont des héritages.


Une responsabilité que chacun à en soi.

Oui mais voilà ! Avons nous connaissance de cela ? De l'importance du mot choisi et exprimé ?

Apprenons nous dés l'enfance qu'un même mot peut être comprit différemment selon la personne et que nous ne sommes point responsable de cela ?

La réponse est bien souvent non et c'est en parti la raison pour laquelle il y a de vécu tant de conflit expérimenté dés l'école.


Les premiers mots appris viennent de nos héritages familiaux.

Le langage et sa fréquence - qui passe par l'accent, l'intonation - les expressions, les habitudes, les "gros et petits" mots, familier ou soutenu, les mots reflètent notre héritage.


C'est en ce sens, que la communication devrait être transmise.

Ce ne sont pas des mots lancés dans les airs ni des phrases soufflées au hasard !

Ils engagent notre responsabilité.


Se rendre pleinement disponible à écouter et entendre les mots permet de comprendre la vision de son interlocuteur. Quand il s'exprime c'est à travers sa vision, ses sens, ses filtres, ses parts de soi.

Lui n'est pas moi.

L'équilibre est bien là : " je ne prend pas personnellement les mots de l'autre".

Si tel est le cas, il vient de se poser un cadeau, une mise en lumière qu'en moi circule d'une dissonance, un désaccord qui parasite ma communication.

Et hop en toute autonomie, je me place quelques instants dans mon espace sacré - méditation - et j'écoute la partie en moi qui a besoin de s'exprimer, celle qui s'est senti contrarié face aux mots de l'autre.


Chaque fois que nous nous exprimons, nous transmettons.

Une graine de pensée, une graine de souhait qui va se diffuser.

Libre à celle et celui qui va rencontrer cette graine de la faire germer ou pas.


Tel est l'héritage de nos maux.



Imaginons tous ces pompons colorés . . . chacun représente un mot, une phrase . . .


Nous avons cette libre volonté d'y partager une couleur solaire ou orageuse.

Une couleur joyeuse ou destructrice.


Ce n'est pas parce que les mots ne sont pas matière qu'ils n'ont pas d'importance.

Un mot peut guérir - je ne parle pas là de soigner une maladie la guérison se pose bien dans des domaines - peut libérer, peut soutenir, peut rassurer, peut encourager, peut aimer.

Un mot peut aussi détruire, décourager, désarmer, affaiblir, abîmer, effrayer, mourir.


Ce n'est pas parce que mon interlocuteur s'adresse à moi par la couleur noir que je vais lui répondre en identique. Je vais utiliser mes 5 sens, notamment l'ouïe qui va entendre et écouter sa fréquence.

A cela j'ai la libre volonté de répondre par le jaune solaire pour lui offrir la lumière ou peut être le bleu mer pour y déposer la purification de l'océan.


Tout est question de pratique.

Entrer dans la pratique de la médecine des mots, c'est ouvrir des palettes infinies.

C'est permettre une observation de soi pour intégrer la justesse et la précision de nos mots.

C'est transmettre un héritage respectueux.

C'est ouvrir l'espace de chaque croyance, chaque nœud, chaque parasite dans notre communication.


Cette médecine est passionnante et nous apprend grandement sur soi et sur les autres.

Si la thématique vous inspire curiosité et l'élan d'approfondir personnellement, des accompagnements sont ouverts avec l'option intensif - 3 mois, 1 séance par semaine - ou progressif - 6 mois, 1 séance tous les 15 jours.

Plus d'information, directement dans la partie du site "accompagnement personnalisé".


Souffle de douceur vers chacun,


Ophélie D.H.B

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page