top of page
  • Photo du rédacteurOphélie D.H. Bouron

Harcèlement au sein du foyer familial

Dernière mise à jour : 12 mai



On parle beaucoup, aujourd'hui, du harcèlement vécu dans la sphère scolaire et professionnelle.

Il existe et met en cause de nombreuses dépressions et burn out, amenant aussi au suicide.

A travers cet article j'ai envie de partager avec vous, une autre forme de harcèlement qui provient de la sphère familiale. On en parle peu, c'est encore "mal vu" de le condamner ou même d'en parler pour autant il existe et provient de la source même qui crée les "adultes brisés".


Commençons par nous rappeler de sa définition.

Le harcèlement est un mode de persécution consistant à enchaîner de façon répété des agissements, des paroles hostiles, menaçantes, visant à affaiblir psychologiquement, émotionnellement une personne.

Bon nombre agissent sous un filtre d'humour, justifiant le harcèlement comme étant pour rire, taquiner !

Quand à son verbe "harceler" il vient tout simplement du mot harcelle.

Le harcelle est une baguette d'osier qu'on peut manipuler, tordre sans en engager de marquer physique.

Là est donc délicat de justifier le harcèlement puisqu'il est vécu en interne.


Au sein de la famille, le harcèlement se pose quand un parent est insistant sur un sujet qui porte préjudice à l'intégrité de l'enfant, de l'adolescent.

Quand un membre de la famille prend pour cible un autre membre pour ces choix de vie, ces prises de positions, ces points de vue qui différent de ceux du reste de la famille.


En tant que thérapeute holistique j'ai reçu des adultes dont chacun avaient ce point commun : humiliation dans l'enfance, harcèlement d'un parent, d'un membre de la famille car il n'entrait pas dans le rang et croyance. Un adulte qui se rappelle devoir se "faire tout petit", ne pas faire "trop" de bruit et qui aujourd'hui peine à prendre sa place de peur de faire "trop de bruit".

Un adulte qui n'a pas su mettre de compréhension sur le pourquoi il "n'était pas assez" pour être reconnu au sein de sa famille, pourquoi il était mis à l'écart, jugé, rabaissé.

J'ai rencontré des adultes qui étaient brisés et se terraient dans le silence de leur passé inexpliqué.


Non ce n'est pas rien d'être humilié en public ni même devant les membres de la famille quand l'enfant se trompe, casse un objet, rentre avec une note qui ne répond pas au espérance et attente du parent.

Non ce n'est pas normal d'être comparé toute son enfance à ces frères et sœurs !

Non ça ne stimule pas, ni ne rend pas meilleur ! C'est de l'humiliation répétée : c'est de l'harcèlement !

J'ai rencontré des enfants en ateliers souffrant du comportement de leurs parents, d'un membre de la famille, ne comprenant pas ce qu'il avait fait de mal . . . l'enfant se persuadant qu'il en était le problème alors que le problème était l'adulte lui même.



La famille se doit d' être la sphère la plus sécurisée possible pour l'enfant.

Son refuge. L'endroit où il peut se régénérer, se recharger émotionnellement et physiquement.





Qu'arrive t il lorsque cela n'est pas le cas ?

L'enfant perd sa structure, son ancrage pour développer au mieux son identité, son futur avec sérénité. Il ne reçoit pas l'espace nécessaire pour se connaître, pour apprendre son fonctionnement, accueillir ces traversées de vie, ces tempêtes, les peurs qui arrivent, etc

Il devient un adulte brisé qui, s'il ne guérit pas, transmettra à son tour jusqu'à ce qu'un descendant ai le courage de briser cette chaîne.



Ce n'est point parce que ton histoire a été blessée, traumatisée, bafouée, humiliée que ta descendance doit vivre cela. Chaque adulte ayant la responsabilité de sa parole, de ces choix, de ces actes.

Il est facile de dire " je n'ai pas eu une enfance facile" pour justifier ces actes, sauf que l'enfant n'a aucunement à subir ce que l'adulte n'a pas su apaiser, libérer, guérir.


Le harcèlement au sein du foyer marque autant de dégât mental, physique que le harcèlement scolaire et professionnel. Je me souviens d'une cliente se rappeler en séance " Je n'avais aucun refuge pour me sentir en sécurité. A l'école je n'arrivais pas à faire partie d'un groupe, être moi et chez moi je n'étais pas chez moi, on me le répétait tous les jours". A cet instant elle a comprit d'où venait ces nœuds de vie, ces sabotages qui l'empêchaient de se réaliser avec succès et joie. Les larmes ont coulés, la libération et reconstruction pouvait commencer.


Ce qui est vécu dans l'enfance, dans l'adolescence et même dès notre incarnation dans le ventre de notre mère est marqué à jamais dans nos cellules. Notre mental peut "oublier" cette séquence traumatisante mais le corps non. Quand l'intégrité a été menacé, non respecté, c'est marqué à vie et ressortira jusqu'à lui ouvrir l'espace et l'écoute pour alchimiser, apaiser.


Rappelons nous de cet adolescent qui entendait chaque jour " tu n'es pas chez toi ! tu feras ce que tu veux toi, ici c'est chez moi !". Rappelons nous de cet enfant qui entend régulièrement sa mère lui dire et redire " t'es la fille à ton père, tu n'as rien à voir avec moi". Rappelons nous de cette adolescente qui voulait être une artiste et que son parent lui riait chaque fois au nez disant que le seul talent qu'elle avait était d'être idiote.

Rappelons nous de cet enfant qui pleurait d'aller à l'école et que son parent l'humiliait devant le portail criant " arrête de pleurer, la honte les cp vont se moquer de toi ! T'es pas un bébé que je sache si ?".

Rappelons nous de tous ces enfants et ces adolescents que nous avons connus, avons été et qui ont vécu du harcèlement en silence toutes leurs enfances, leurs adolescences et aujourd'hui sont ces adultes brisés.




Comment être lorsqu'on comprend qu'on a subit ou subit le harcèlement ?

Quand on a ce sentiment de culpabilité, d'être fragile, pas assez, peut être l'avons nous mérité ?

Aucune personne, aucun être vivant ne mérite d'être harcelé !!

S'entourer de personnes saines, nous accompagnant à guérir, à libérer tout un tas de croyances à notre sujet qui ne sont que le fruit des violences verbales à répétitions, des mots qui ne sont que le reflet de la noirceur de celui ou celle qui a acté le harcèlement.

Entrer dans une reconstruction saine, avec des professionnels pour nous aider dans cet apprentissage.

Apprentissage de se "re-co - naître", dans notre authenticité, notre beauté.


C'est aussi reprendre le pouvoir . . . NOTRE pouvoir d'être.


Apprendre nos limites, faire respecter notre intégrité, appliquer notre autorité depuis l'espace du cœur.

Se réconcilier avec soi, s'offrir la paix dans chaque espace de soi y comprit notre enfant et adolescent intérieur.

Intégrer que le bourreau a lui aussi été harcelé probablement dans son passé, a été blessé et traumatisé, cependant plutôt que guérir il a fait ce choix conscient et inconscient de cracher sa noirceur tout autour de lui, y comprit sur ces descendants. Savoir cela, permet d'avoir une posture de compassion envers eux et aussi nous "foutre la paix", ne plus nous saboter hanté par ce passé "maudit".

C'est accueillir le changement, la vie en soi.

Ouvrir l'espace de nouveauté, de joie et devenir le créateur, la créatrice de sa vie.




Renaître de ses cendres

La nature nous le prouve chaque jour. Chaque être vivant a la capacité de renaître, plus fort, plus beau, plus grand, plus solide. Utiliser ces cendres, ce feu qui a brulé chaque part en soi, pour en créer un tronc encore plus fort et puissant, pouvant même en inspirer une vocation, un engagement de vie.



Observons les saisons.

Chaque hiver l'arbre perd ces feuilles pour recréer de merveilleuses et sublimes fleurs au printemps.

Une nouvelle énergie, du changement, un renouveau qui inspire et vit.


Inspire, expire.

Sois dans ta présence ici et maintenant.

Vois et sois toi.


Osons emprunter le chemin qui révèle toute la beauté dont chacun est doté.

Découvrir que la sécurité se trouve en soi et que nous pouvons l'emmener partout où nous choisissons d'être.


Il n'est jamais trop tard pour se reconstruire.

Jamais trop vieux pour s'aimer.




A tous ces êtres qui ont été brisés, harcelés au sein de leur foyer, leur famille.

Je vous vois et je vous reconnais dans toute votre histoire.

Je sais bien trop la profondeur qui a été marqué dans votre cœur, votre chair, vos cellules.

Vous n'êtes pas seul(e) et ne le serait jamais.

Nombreux adultes brisés sont aujourd'hui des adultes reconnus, visionnaires, explorateurs.

Nous sommes là pour vous ouvrir l'espace sacré afin que vous soyez en sécurité pour y déposer tous ce qui meurtris votre expansion aujourd'hui.



Silence


Le silence existe non pas pour taire l'inacceptable mais pour ouvrir un temps de repos, de ressource et d'inspiration. N'entrons plus en silence pour tout autre raison que le mieux être et la création.

Ouvrir la voix, la parole.

Ne plus jamais permettre qu'une autre personne que soi décide de ce qui est bon ou pas à nommer, divulguer, condamner.


Nous sommes dans un temps où le harcèlement sous toutes ses formes est dénoncés et aussi expliqués afin de rééduquer, déconstruire ce qui fut un temps normal.


Il en est ainsi . . .


Avec amour,

Ophélie D.H.B

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page